Ouvrir une cave à vins professionnelle : les démarches à suivre

Les Français apprécient le vin et sont de gros consommateurs de ce breuvage. Si vous voulez saisir cette opportunité, il est possible d’ouvrir votre propre cave à vins professionnelle pour en faire bénéficier votre entourage et autres amateurs de vins. Mais avant tout, comme vous n’êtes pas le seul à avoir cette idée, vous devez connaitre quelques points avant de créer votre entreprise.

Étudiez bien le marché

Il est nécessaire de vous informer avant d’ouvrir votre cave à vin. En effet, les Français aiment cette boisson, mais ne consomment pas n’importe quoi. Par ailleurs, chaque région peut avoir sa spécialité et son habitude de consommation. Il faudra les connaitre. Dans un premier temps, sachez que la plupart des Français ont un minimum de connaissance sur ce qu’est un bon vin. Ils privilégient dans ce cas la qualité du produit au lieu de la quantité. Malgré tout, il faut savoir que le nombre de personnes qui ne boivent plus d’alcool est en nette augmentation sur le territoire français, souvent pour des raisons de santé. Toutefois, jusqu’à présent, la France est toujours le plus gros importateur de vin. De plus, la plupart des touristes profitent de leur visite en France pour en consommer en grande quantité.

Le statut juridique idéal pour une cave à vin professionnelle

Sachez que le statut juridique que vous aurez choisi aura une conséquence sur le régime fiscal et social de votre entreprise et donc, sur vos finances. Être un auto-entrepreneur va vous permettre de souscrire au régime de micro-entreprise. C’est le régime le plus accessible qui ne vous coutera que 14,3 % d’imposition sur le chiffre d’affaires annuel que vous réalisez. Cependant, vous ne devez faire qu’un maximum de 82 200 euros/an en termes de CA. Si vous dépassez ce plafond, vous serez obligé d’opter pour le statut EURL si vous êtes le seul associé, ou SARL si vous êtes plusieurs à avoir fondé l’entreprise. Une fois que le statut est défini, choisissez la dénomination sociale de votre société ainsi que le capital social. Enregistrez ensuite votre entreprise au RCS. Cet enregistrement vous permettra de disposer d’un numéro d’identification de 14 chiffres appelé SIREN. Vous serez également inscrit au greffe du tribunal du commerce, au sein duquel il vous sera possible de demander le document Kbis. Celui-ci est nécessaire pour prouver que vous avez le droit d’exister et de proposer votre activité sur le territoire français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *